Rallye veaux : des éleveurs mobilisés !

sante du veau 2sante du veau 1

Ces 5 après-midi du RALLYE VEAUX, organisées par le GDS, ont été très intenses en échange, et techniquement passionnantes !

En pleine période de grève où les élevages sont tendus financièrement et inquiets quant à l’avenir de leur profession, près de 300 visiteurs se sont déplacés et rassemblés autour d’un thème commun : la santé des veaux : c’est l’avenir de votre troupeau !

Vu la participation, les éleveurs se sont sentis concernés : c’est motivant et rassurant !

Les éleveurs se sont déplacés, en nombre, principalement pour visiter des fermes dont les taux de mortalité sur les veaux indiquaient une grande maîtrise de leur santé. Les cinq éleveurs, ont ouvert leurs portes, et ont partagé leur savoir-faire, en partant de la gestation des vaches taries jusqu’au sevrage des veaux.

Chacun, avec son expérience et sa façon de faire, a fait part de ses pratiques en matière d’alimentation de ses veaux et présenté différents types de logement ! Même s’il y a de grosses différences de pratique : ce qui compte au final, c’est le résultat ! Qu’ils soient de la montagne à plus de 600 m d’altitude ou dans l’ouest des Vosges, les éleveurs élèvent des veaux qui font de futures génisses et de futures vaches. Ces élevages visités avaient un nombre de naissance quasiment identique : entre 70 et 120 naissances et malgré la grande différence de lieux et de moyens mis en œuvre, leurs taux de mortalité sont très satisfaisants !

La santé des veaux est un équilibre fragile et sensible face à des conditions d’élevage pas toujours facile à maîtriser (gestion des vaches taries, box de vêlage, alimentation des veaux et logement) !

L’objectif est de trouver un équilibre entre pression bactérienne ou virale acceptable et conditions d’élevage réalistes. Ces dernières ne sont pas évidentes à maîtriser : quand tout va bien, on est dans un cercle vertueux et quand l’engrenage ne tourne plus rond, l’élevage part dans un cercle vicieux dont il faut sortir au plus vite pour limiter les pertes économiques à venir. C’est sûr, rien n’est jamais gagné d’avance, il faut toujours rester vigilant et il est préférable de prévenir plutôt que de guérir. C’est une question d’économie de temps, de traitements et d’amélioration de la production.

Le GDS, ainsi que les techniciens bâtiment de la Chambre d’Agriculture présents (conseils sur le logement) à chacune de ces portes ouvertes et vos vétérinaires (conseils sur la santé des veaux) se tiennent à votre disposition pour tout conseil.

Carine HAAS, Conseillère en Santé Animale au GDS 88.

 

 

 

Recent Posts
Contactez -nous

Transmettez-nous votre demande et nous ne manquerons pas de vous rappelez !

Not readable? Change text. captcha txt