Paratuberculose : il est temps de s’en occuper collectivement !

Les actions se multiplient dans différents pays du monde, y compris dans les pays voisins de la France. Nous ne souhaitons pas être les dindons de la farce sur cette maladie surtout quand nous savons comment la prévenir et la gérer. Il est temps de limiter l’évolution de cette maladie, même si nous avons conscience que ce n’est pas simple : nous devons proposer aux éleveurs vosgiens les moyens d’agir.

La maladie :

La paratuberculose est une maladie contagieuse, répandue en France comme dans le monde chez les ruminants domestiques ou sauvages, causée par une bactérie : la Mycobactérium avium paratuberculosis (MAP). Elle se manifeste sous forme d’une diarrhée intermittente. La maladie se caractérise par une phase d’infection sub-clinique très longue avec une excrétion (et donc contamination) intermittente pendant laquelle le dépistage des animaux infectés n’est pas simple. La phase clinique se traduit par de l’amaigrissement et de la diarrhée chez les bovins. Il n’existe pas de traitement et l’animal finit par mourir. Les pertes économiques sont importantes et insidieuses.

Contexte :

Les plans d’assainissement mis en place depuis 1991 ont certes évolué favorablement, mais ne permettent pas de prévenir collectivement afin de limiter les contaminations des élevages en situation favorable. Des élevages se contaminent sans cesse, et sans prévention adaptée, leurs situations se détériorent avec le temps. Il est temps de rompre ce cercle vicieux !

Les connaissances et les techniques de détection s’améliorent, nous avons les moyens d’aider les éleveurs à gérer cette maladie et surtout à limiter les nouvelles contaminations en élevage. Faut-il rester les bras croisés en attendant que les filières nous imposent d’agir ou devons-nous proposer des actions dans les élevages volontaires pour les aider à connaitre leur situation et agir en fonction si c’est nécessaire ?

Il est important, aujourd’hui, que les éleveurs vosgiens s’intéressent à la paratuberculose et à ce qui se passe dans leurs élevages en commençant par la connaissance de leur statut (par une technique de prélèvements d’environnement). Nous ne devons pas attendre que d’autres nous imposent leurs actions : autant agir maintenant et à faible coût ! Ne perdez pas de temps, demain les conséquences pourraient être autres.

Cette vache est en phase clinique de paratuberculose, elle n’aura pas suffisamment de lait pour une bonne croissance de son veau, le contamine ainsi que son environnement. NB : Toutes les races sont concernées.

 

Le GDS travaille dans l’intérêt sanitaire et économique des éleveurs et de leurs animaux : c’est en phase avec le nouveau projet collectif paratuberculose : CONNAITRE – PROTEGER – ASSAINIR.

Nous vous invitons à venir réfléchir, avec nous, sur les meilleures stratégies à mettre en place dans vos élevages, le mardi 14 janvier 2020, à la salle Paul Perrin à Nomexy.  Le professeur Raphaël GUATTEO de l’école vétérinaire de Nantes, spécialiste de la paratuberculose, sera présent spécialement pour vous exposer les nouveautés concernant cette maladie.  

Inscrivez-vous par Email gds88@gds88.com ou par téléphone : 0329682020.

Carine HAAS, Conseillère en santé animale au GDS 88.

 

 

 

 

 

Articles récents
Contactez -nous

Transmettez-nous votre demande et nous ne manquerons pas de vous rappelez !

Illisible ? Changez le texte en cliquant ici captcha txt